dimanche 30 mars 2008

10 erreurs que font les webtélés québécoises

Avant d’y aller de mes critiques, il est important de comprendre que nul n’est mon intention « d’attaquer » les webtélés québécoises. J’adore cette nouvelle vague de webtélé qui déferle sur le Québec. Mon intention ici est plutôt de donner quelques trucs afin qu’ils puissent nous offrir du contenu plus accessible et de meilleur qualité.

Si vous êtes un entrepreneur de la webtélé ou aimeriez le devenir, ce billet s’adresse à vous.

1- Absence de fils RSS

RSS désigne une famille de formats XML utilisés pour la syndication de contenu Web.
Ce standard est habituellement utilisé pour obtenir les mises à jour d'information dont la nature change fréquemment, typiquement cela peut être des listes des tâches dans un projet, des prix, des alertes de toutes nature, des nouveaux emplois proposés, les sites d'information ou les blogs. Les Podcasts et vidéocasts sont conçus sur ce même standard en utilisant la balise 'Enclosure'. Pour les recevoir, l'utilisateur doit s'abonner aux flux, ce qui lui permet de consulter rapidement les dernières mises à jour, à l'aide d'un agrégateur, sans avoir à se rendre sur le site. - Wikipedia


En gros, le RSS permet de consulter toute les mises à jour d’un site web sans avoir à visiter ce même site.

Comme plusieurs utilisateurs, je ne jure que par mon agrégateur de fils RSS. Tout y est centralisé, ce qui me permet de lire tout le nouveau contenu sur la même page au fur et à mesure qu’il se met à jour. Avec 112 fils RSS à lire chaque jour, si un site ne m’affiche rien de nouveau, il très peu probable que je sois tenté de le visiter. Si je le fais, ce sera assurément de façon beaucoup moins régulière.

Bombe.tv, 33mag.tv, Alerte rouge et Montreal.tv le font mais les autres semblent tarder à le faire.

2- Publicité mal ciblée ou agressante
Certes, il essentiel pour tout diffuseur de contenu de rentabiliser leur projet. Dans le cas de la webtélé, le modèle de revenu basé sur la publicité est un incontournable.

Ce modèle, si toute fois mal appliqué, peut devenir rapidement une plaie pour l’utilisateur et générer une perte d’intérêt pour l’émission. La raison pour laquelle les ventes de pub télé dites conventionnelle sont en train de chuter face à la publicité sur internet, c’est que sur internet l’utilisateur ne se voit pas obligé d’être interrompu par une publicité. Il est impératif pour toute bonne webtélé de comprendre ce concept. Le meilleur exemple que je puisse donner est celui du réseau Revision3. Ce réseau très avant-gardiste inclut sa publicité directement à l’émission comme le faisait les réseaux de télé dans les années 60 et 70; c’est l’animateur même qui présente les commanditaires et les remercie de contribuer au succès de l’émission. Cette pratique rend l’expérience beaucoup plus subtile et agréable pour le spectateur.

Vous pouvez en apprendre plus sur le modèle d’affaire de Revision3 ici.

Au Québec, 33Mag.tv (désolé les gars) est un très bon exemple de mauvaise pratique de publicité. Ce réseau rassemble des dizaines d’émissions différentes mais ne diffuse que la même publicité jours après jours. Je me suis tellement tanné de revoir la même publicité à chaque épisodes de chaque émissions que j’ai pendant un moment cessé de fréquenter le site.

3- Manque d’interactivité
Pourquoi le web se démarque des autres médias? L’interactivité!
Grâce à internet, vous pouvez rejoindre directement votre spectateur mais, surtout, il peut vous répondre instantanément et très facilement. Soyez créatif et n’hésitez pas à faire participer les spectateurs. Il se créera un lien quasi affectif entre vous et votre audience.

Les gars de Black Taboo le font très bien dans leur émission « Marc Tardif » diffusé sur 33Mag.tv. Dans chaque épisode, le personnage principal termine en demandant aux spectateurs de choisir à sa place ce qui influencera le déroulement de l’épisode suivant.

4- Absence d’option « Commentaires »
Pouvant facilement entrer dans la catégorie « Interactivité », la possibilité pour votre audience de donner leur avis sur un épisode est essentiel (voir obligatoire). Cette simple option vous permettra de connaître facilement l’opinion de votre audience. Je crois qu’il est inutile de vous expliquer pourquoi cette information est primordiale pour le succès de votre émission.

Bombe.tv, 33mag.tv et quelque autres le font.

5- Absence d’outils de partage
La vague « Web 2.0 » a, depuis quelques années, amené toute une panoplie d’outils permettant aux utilisateurs de partager entre eux le contenu qu’ils jugent intéressant. C’est du même coup un puissant moyen pour les diffuseurs de créer un « buzz » autour de leur contenu sans même dépenser le moindre sous.

Un bon moyen pour l’utilisateur de partager votre émission est via un blogue. Comme je le fais souvent sur le mien, il est possible d’afficher une vidéo directement sur un site ou blogue externe. Fournir le code d’un lecteur de diffusion externe est facile et peut facilement contribuer au « buzz ». Cette pratique est courante chez la plupart des diffuseurs de vidéos.

Vous pouvez aussi permettre à vos spectateurs de partager les épisodes à travers les réseaux sociaux (Facebook, MySpace, etc) et les sites de marques-pages sociaux (Del.icio.us, Digg, Nuouz, Nouvelle du jour, etc). La majorité de ces services fournissent le code html nécessaire à l’intégration d’un bouton de soumission vers leur site.

Prenez l’exemple d’Inspector Bronco, une émission très flyé et avec plein de potentiel, qui ne semble pas vouloir du tout qu’on parle d’elle. Il est d’aucune manière possible de pouvoir la partager (sans compter l’absence de fils RSS et d’option de commentaire).

6- Absence d’un blogue
Un blogue est un excellent moyen d’en donner un peu plus à votre audience. Voyez un blogue comme le contenu supplémentaire d’un film sur DVD. Informez-les sur tout ce qui se cache derrière la caméra, annoncez des informations en exclusivité, parlez-leurs des différentes personnes derrière le projet, etc etc etc. Un blogue aide à humaniser votre entreprise aidant ainsi à créer un lien privilégié avec le spectateur.

7- Mauvais design et manque d’ergonomie
Vous avez beau avoir toutes les options gagnantes autour de votre émission, si vous le présentez mal, tous ces efforts seront inutiles. Le web a maintenant dépassé le stade du design frappant et du graphisme assommant. C’est maintenant prouvé que les utilisateurs qui vivent une mauvaise expérience de navigation sur un site sont, la plupart du temps, peu enclins à y retourner. Préconisez un design simple et ergonomique.

Montreal.tv est un très bon exemple de site peu ergonomique.

8- Faible promotion (voir absente)
Intégrez votre image aux réseaux sociaux que vos spectateurs utilisent. C’est un excellent moyen de vous promouvoir et de signaler votre présence sur le web. Créez une page de votre émission sur Facebook ou MySpace, créez un album photo sur Flickr et diffusé vos émission en parallèle sur Youtube. Vous verrez, les gens viendront naturellement vers vous.

Ces outils sont sans doute très populaires auprès de votre audience alors profitez-en et soyez PARTOUT.

Bombe.tv, 33mag.tv et Le Cas Roberge le font de manière très efficace.

9- Absence d’horaire et de constance
Déterminez une journée fixe de la semaine ou du mois pour la sortie de vos nouveaux épisodes et annoncez cette journée sur votre site. Que vous diffusiez hebdomadairement ou mensuellement, soyez constant et fidèle envers vos spectateurs.

Par exemple, j’ai développé il y a quelques semaines, beaucoup d’intérêt pour la sympathique émission de « Bob le chef » sur les ondes de 33mag.tv. Malheureusement, Bob semble ne plus faire d’émission depuis plusieurs jours maintenant, lui qui m’avait pourtant habitué à au moins une capsule par semaine.

Voir la grille horaire de Revision3

10- Absence de participation dans la communauté
En entrant dans le monde de la webtélé québécoise, vous entrez en même temps dans le petit monde des entrepreneurs web. Cette merveilleuse communauté, dont je fais fièrement partie, en est une très ouverte et chaleureuse envers les nouveaux acteurs dans le domaine. Vous pouvez facilement vous y créer une bonne réputation et une crédibilité en faisant connaitre l’humain derrière votre projet.

N’hésitez pas à utiliser Twitter ou Facebook. Participez aux causeries, aux conférences et commentez sur les blogues.

Plus vous avez de contacts dans ce domaine plus vous aurez d’opportunités.


Conclusion
La webtélé au Québec est en phase, que j’appellerais, embryonnaire. Très vite viendra le temps ou cette tendance explosera et amènera sont lot de compétition. À ce moment, ce seront ces trucs simples qui distingueront les webtélés à succès des autres.

Si vous aimeriez en connaitre plus sur ces technologies et pratiques de la webtélé. J’offre présentement mes services de consultation à tous les entrepreneurs du Québec désirant se lancer dans le démarrage d’une webtélé ou simplement améliorer un projet déjà en marche.

Vous n’avez qu’a me joindre via courriel a : dube.jeanfrancois (at) gmail.com

10 commentaires:

Dominic Arpin a dit…

Super papier Jean-François. Vraiment un bon résumé de ce qu'il faut faire et ne pas faire sur le net en matière de webtélé. C'est quand même incroyable qu'on se lance dans ce médium, qu'on y investisse du temps, de l'énergie et de l'argent sans penser à ce genre de détails. J'ai parfois l'impression que certains artisans de la webtélé au Québec ne comprennent tout simplement pas la culture du net. Tiens, je te donne un exemple. Tu as vu sur mon blogue ma chronique WebTV Hebdo? Il y a trois semaines, j'ai invité les producteurs de webtélé à m'envoyer leur synopsis à l'avance, à me tenir au courant de leur sortie, bref à se promouvoir via mon blogue. Combien l'ont fait tu crois? Un ou deux seulement! Je ne dis que je suis indispensable à leur succès, loin de là (j'pense que les TAC ont besoin de ça!), mais quand même c'est une bonne façon de se faire connaître. Je sais pas, c'est un peu comme si un producteur de TV faisait ses petites affaires dans son coin sans parler de son émission dans les journaux, dans les magazines, à la radio, etc. Il faut que les webtélés du Québec sortent de leur isolement, s'ouvrent un peu aux blogueurs et profitent de toutes les possibilités du web 2.0.

En ce sens, ton papier est important. Je vais le relayer sur mon blogue dès que possible.

Bravo.

Jean-Francois Dubé a dit…

Merci pour ce commentaire.

En effet, même si certains ont de la bonne volonté, disons que plusieurs manque de connaissances générales du domaine.

Anonyme a dit…

Tout d'abord bravo pour cet article très, très intéressant!

Je suis Visant Le Guennec, producteur d'inspector Bronco.

Je pense que Dominic et toi avez raison, je manque de culture net et je ne suis pas le seul.

Personnellement je suis un producteur de cinéma, pas de web. Si je me donnais une note sur l'échelle Dubé/Webtélés je scorerais 2/10. Piètre résultat! même si je suis un de ceux qui à répondu à l'invitation de Dominic en envoyant mes synopsis et quelques photos, mince consolation.

Notez que cela fait 5 semaines maintenant que nous sommes en ligne et l'article de Dominic sur son site "Le patrouilleur du net" m'a envoyé 160 visiteurs. Merci!

Je suis à l'affut de ce qui se fait sur le net, mais ma connaissance du web 2.0 reste embryonnaire.

J'en ai à apprendre de vous, n'hésitez pas à me faire vos commentaires, je reste branché!

à plus,

Visant

Maxime a dit…

Jean-Francois ! Quel bon billet !!! (Et je ne dit pas ça parce que nous avons une bonne "cote"). J'avais lu sur Twitter que du préparais un gros post et je ne suis pas déçu du tout. Ton propos est très souvent juste et c'est excellent de voir que tu as pris des bases comparatives telle Revision 3, Diggnation étant mon rendez-vous du weekend/vendredi soir préféré.

@Dominic
Isolement des webtélés tu as bien raison. Chacun a son style et se sert de cette excuse pour se bouder les uns et les autres. Chaque nouvelle WebTV est souvent perçu comme une menace alors que ça devrait être le contraire.

Anonyme a dit…

Super bon billet,merci beaucoup d'avoir partagé tes connaissances avec nous et cela vient de m'apprendre quelques trucs indispensables. La plus part des gens comme moi qui fesont des webseries on un travail à plein temps, une famille, ect ... c'est pour cette raison quil est dur de rester constant dans c'est petites productions, mais de mon côté, j'informe toujours bien les internautes et j'essais dans sortir un par 2 semaines et qui ne rêve pas de vivre seulement de ses créations... et oui c'est mon rêve comme beaucoup.. merci encore, je le garde dans mes favoris :)

Luc Bergeron de bande musicale

Nelson a dit…

J'y vais avec la famille: Oui, c'est un très bon sujet!

Des détails, pour les publicités, c'est vrai que ça peut être fatiguant de toujours voir la même.. Mais pour un site comme 33mag.. qui génère énormément de visites, il n'a pas trop le choix d'accepter la publicité offerte..et il n'y a très peu.. et en général, au Québec, on a l'impression que beaucoup de grosses compagnies ne sont pas encore chaudes à l'idée d'investir de la pub sur la web tv, celle-ci n'ayant peut-être pas encore 'fait ses preuves' ici. Sinon, il reste encore les bannières web.. mais même là..

Sinon, pour les fils rss, c'est super important.. surtout si le site n'est pas mis à jour dans une programmation determinée... C'est à ça que ça sert de toute façon, non? ;))

Parce que, comme dit Luc juste en haut.. La majorité des productions webtv sont des projets "on the side"... des passe-temps ... ce n'est donc pas évident d'être régulier..

Pour ce qui est des outils de partage.. Je n'aime pas trop l'idée de laisser mes capsules complètes sur youtube, myspace et autre.. Étant donné que mon but est d'ammener des visiteurs sur MON site, et non pas sur youtube et co.

PAR CONTRE: je m'amuse à faire des bandes-annonces que je fout pas mal partout sur le web... je me créer des profils sur tout les sites de communauté.. Ça peut inciter les gens à venir voir l'intégral sur le site.. et donc augmenter mes stats..

au plaisir d'en parler plus profondemment dans un avenir rapproché! ;)

tv.bangbangtemort.com

Pierre Côté a dit…

Right on target buddy. Intéressant comme propos. J'aime ton attitude, ta motivation... Je vais d'ailleurs te prendre au mot :-)

qui dirais-tu de participer à l'exécusion du plan marketing 2.0 de la web-série JJS ?

Pierre Côté a dit…

exécuTTTTTTTTTTTTTTTTion

Redge a dit…

Très bon post Jean-François!

C'est très bien expliqué et surtout très honnête car tout ça méritait d'être dit. Seul bémol comme Nelson l'a mentionné, les WebTélé sont des projets on the side donc il est difficile de maintenir un "horraire de diffusion" constant. Les gars de Diggnation peuvent se le permettre parceque l'advertizing au Etats-Unis est beaucoup plus développer qu'au Québec. Ici la vague web 2.0 début alors que l'a bas c'est bien ancré. Ça va aussi sans dire que Kevin Rose de Diggnation est pleins aux as alors je doute qu'il fasse son 40h de boulot par semaine comme la plupart d'entre nous ;)

Petite idée comme ça; un site ou un wiki explicatif avec des tutoriels sur la WebTV serait une excellente idée je trouve. Un peu comme l'excellent http://makeinternettv.org/ mais en français. S'il y a des intéressés, je me propose volontier pour aider!

Karliss a dit…

Salut Jean-François en effet, très bon travail... Moi je fais partie d'un groupe qui produit des courts métrages à saveur humoristique. J'aimerais bien savoir (si tu connais la réponse), si nous voulons avoir une publicité sur notre site (quelqu'un qui payerait pour avoir une bande publicitaire) quel serait le prix à charger à peu près... Nous nous situons en ce moment à 5000 visites par mois... Merci Beaucoup!

Karl L'Espérance

www.lesboutsdeux.com